Retour sur l’empathie

Retour sur l’empathie

Dans notre dernière News nous vous parlions du lien entre :

– l’empathie (ou le manque d’empathie) de la part des managers

– et une des problématiques du marché de l’emploi actuel : la pénurie de candidats pour une offre, liée au fait que beaucoup de candidats quittent l’entreprise de leur propre chef, avant la fin de la période d’essai.

Nous voulions donc partager nos réflexions sur la notion d’empathie :

  • Qu’est-ce que l’empathie ?
  • Pourquoi l’appliquer en entreprise ?
  • Comment adopter une posture empathique ?

Qu’est-ce que l’empathie

Le terme d’empathie peut être méconnu – voire galvaudé – dans notre langage actuel ; il est parfois également associé au fait d’être « trop gentil » ou « de faire trop de sentiments » …

En fait, ni l’un ni l’autre. Le terme d’empathie vient de l’allemand « Einfühlung », terme qui a été pour la première fois utilisé en 1909 pour traduire ce que ressent un spectateur quand il regarde un tableau ou une œuvre d’art : il prête à l’œuvre des sentiments que lui-même a projeté.

Le terme sera repris par le philosophe anglais Vischer, qui crée le mot empathie. Ce mot exprime exactement la capacité à ressentir, deviner les émotions, les joies, les peines des autres, à comprendre ce qui traverse son esprit, à partir de notre propre vécu. Nous avons donc tous, cette étrange et ancestrale capacité de « vivre en nous » ce que ressent l’autre, car nous projetons sur autrui ce que nous même avons déjà vécu.

Nous sommes tous le reflet les uns des autres …

Pourquoi l’appliquer au monde de l’entreprise

Adam Smith, qui a jeté en 1776 les bases de l’économie de marché, considère que « l’homme, aussi égoïste qu’il puisse paraitre, est fondamentalement bon ; il y a dans sa nature, à l’évidence, des principes qui le conduisent à s’intéresser au devenir des autres, qui lui rendent leur bonheur nécessaire, même s’il n’y gagne rien ».

Dans un monde occidental en crise, le monde de l’entreprise est en pleine évolution – voire mutation. Que gagne-t-on à développer l’empathie au sein de l’entreprise :

  • Donner de l’autonomie, responsabiliser, impliquer chacun
  • Redonner du sens, réorganiser les actions, les tâches de chacun, en fonction de la « Raison d’Etre » de l’entreprise
  • Pérenniser les équipes, capitaliser les compétences, libérer la créativité et ainsi augmenter le Chiffre d’Affaire
  • Créer, développer, assainir et renforcer les liens entre les personnes actives dans l’entreprise, plutôt que rompre dès que quelque chose ne nous convient pas.

Comment adopter une posture empathique

Cette posture nécessite une bonne capacité de remise en question. Comme nous l’avons vu, nous sommes tous le reflet les uns des autres … Ceci implique que, lorsque nous faisons face à un comportement qui nous heurte, c’est que quelque chose, en nous, est touché. La posture empathique nécessite une acceptation de ce « quelque chose ». Ainsi nous serons dans une posture ouvrant au dialogue permettant de poser, sans agressivité, ce qui ne nous convient pas et ainsi dépasser nos peurs, en améliorant éventuellement les relations.

Ceci n’exclue pas les sanctions, les licenciements; cette posture permet de distinguer entre ce qui relève d’une nécessité de changement, d’amélioration, de remise en question, ou bien d’un manquement grave à la marche de l’entreprise.

Sources :

Sur les épaules de Darwin : « Ce lien qui nous rattache aux autres » Jean Claude Ameisen

100% Jung Viviane THIBAUDIER


Les commentaires sont fermés.

Votre commentaire